Les textes et poésies présents sur ce blog sont soumis aux droits d'auteurs, veuillez ne pas vous servir sans autorisation Merci.

vendredi 18 juin 2010




La semaine passée j'ai été faire quelque courses au Carrefour et je suis tombée sur le rayon des livres au plus grand bonheur de mon Chéri (lol lol lol), oui bon il faut savoir qu'il me surnomme gentillement "Hannibal Lectrice" bref là ou Sany passe les livres trépassent...



Je me suis laissée tenter par deux romans en éditions de Poche et j'ai (bien sûr) entamé le premier qui s'intitule joliment "Le Pavillon des Pivoines" qui se déroule dans la Chine Antique à l'époque où les Mandchous avaient pris le pouvoir bref c'est pas mal écrit et on plonge vraiment dans cette époque. Ce livre met surtout l'accent sur les femmes de l'époque, enfin, surtout celles faisant partie des familles riches et je dois dire que pour la féministe que je suis les préceptes de conduite qu'on leur inculquait et la manière dont elles étaient traitées me révolte...Une femme n'avait pas de valeurs, n'était destinée qu'à être mariée, satisfaire son mari et lui donner des fils et surtout ne pas être trop instruite, ne pas sortir de chez elle sans être cachée, le mari avait le droit de la revendre si il n'était pas satisfait d'elle...Enfin hormis le fait que les femmes sont traitées comme des objets elles sont aussi d'un certains côtés mis à l'honneur le livre ne parle que d'elles, enfin de une en particulier mais je ne vous raconterais pas l'histoire au cas où vous seriez tenté de le lire. Car oui, certaines dans le livre sortent des dictats de la société de l'époque.

Alors, oui j'aime ce livre pour cette raison et pour la plongée dans la Chine de cette époque, même si parfois il à trop de détails où que le style est un peu lourd compte tenu que les dialogues se doivent de retranscrire le style de l'époque :)



Voici un petit résumé du livre ;)



Pour la jeune Pivoine, recluse dans les appartements des femmes et promise à un mari qu'elle n'as jamais rencontré, la vie est monotone. Aussi, lorsque dans les jardins de la famille Chen, parmis les senteurs de gingembre, de thé vert et de jasmin, une troupe de théâtre vient jouer son opéra favori, Pivoine supplie ses parents de la laisser assister au spectacle. sa mère, réticente par souci de convenances, est rassurée par son époux: les femmes regarderont l'opéra derrière un paravent. Mais durant la représentation, la jeune fille s'éprend d'un homme élégant aux cheveux de jais. Commence alors l'inoubliable récite du destin de Pivoine et de ses amours contrariées.




1 commentaire:

  1. Je pense que je vais allé faire un tour au carrefour ;)

    RépondreSupprimer